Le Collectif démocratie et libertés
Signer la pétition

Agenda du Collectif Nous contacter.
La carte des caméras de vidéosurveillance à Paris. Testez vous sur la vidéosurveillance.

    

Qui sommes-nous ?

- Act-up (Paris)
- Alternative Libertaire (Paris)
- Les Alternatifs (Paris)
- Les Amis de Tolbiac / Le Barbizon (Paris 13)
- Association Cité Prost (Paris 11)
- Association Saint-Bernard (Paris 11)
- Estampe et Art Populaire (Paris 20)
- ATTAC (Paris 12)
- Cap21 (Paris)
- Chemins verts (Paris 11)
- Le Collectif 12 (Paris 12)
- Comité Métallos (Paris 11)
- Commune libre d’Aligre (Paris 12)
- La Coopérative (Paris 18)
- Fondation Copernic
- L’IPAM
- LDH Paris 10/11
- LDH Paris 12
- LDH Paris 13
- LDH Paris 18
- LDH Paris 20
- Le MRAP (Paris)
- Le Moulin à café (Paris 14)
- Le NPA (Paris)
- L’Ogresse (20e)
- Le Parti de Gauche (Paris)
- Le PCF (Paris)
- Privacy France (Big Brother Awards)
- Souriez, vous êtes filmés
- Sud PTT (Paris 12)
- Sud Ville de Paris (Paris)
- Union syndicale Solidaires (Paris)
- Urbanisme & démocratie (Paris 14)
- Les Verts (Paris) ...





Problèmes d'affichage ou pour signer la pétition ?


Contrôle de qualité pour les caméras parisiennes

jeudi 26 août 2010, par CDL

Officiellement démarrée 7 juillet, l’installation des 35 premières caméras de vidéosurveillance à Paris est en cours.

Déjà 8 ont été recensées par le collectif. Sur la carte ci-dessous, elles sont représentées en bleu. Les autres points sont les caméras déjà installées avant le début du plan 1000 caméras.


Afficher Caméras à Paris sur une carte plus grande

Le 7 juillet, ces nouvelles caméras n’étaient pas signalées au public, 48 jours après, rien n’a changé. Ces caméras ne sont toujours pas signalées au public.

La loi doublée de la charte d’éthique parisienne l’imposait pourtant :

La loi prévoit que le public doit être informé de manière claire et permanente de l’existence d’un système de vidéoprotection et de l’autorité ou de la personne responsable de ce système. La Préfecture de Police s’engage à mettre en place un dispositif de signalisation particulièrement visible. Ce dispositif comporte la mention de l’existence du comité d’éthique de la vidéoprotection et ses coordonnées.

Le collectif a toujours dénoncé ce document d’escroquerie éthique. Maintenant que les caméras commencent à espionner les citoyens en douce, plus besoin du "démocratie washing" pour la préfecture de police et la mairie de Paris.

Si ce maquillage démocratique était attendu, nous avons par contre été surpris par la mauvaise qualité des installations. Le marché public pour ces 35 caméras est de 641 978 €, soit 18 000 € par caméras. Voyez ce que vous avez pour 18 000 euros.

Nous avons déjà parlé de la caméra de gauche. Le lendemain nous sommes retournés sur place et l’avons signalée à un groupe d’une dizaine de policiers qui cette fois sont intervenus. Ceci peux paraitre bizarre que des opposants aux caméras aident la police à les réparer. Seulement, le coffret et à hauteur d’enfant situé à coté d’un bassin où ils jouent. Cette caméra les mettait physiquement en danger.

La caméra de droite est située sur l’esplanade devant la gare Montparnasse. Pour 18 000 euros, vous avez une fermeture de la trappe électrique au ruban de scotch. Vraiment le summum de la qualité et de la sécurité. A ce niveau, on ne serait pas surpris d’apprendre que les caméras sont fixées au poteau avec du chewing gum. Le gout fraise est compris dans les 18 000 euros.

Après le bas, levons la tête et voyons ce qu’on a au dessus.

A gauche, la caméra devant l’école militaire, a droite la caméra devant le Fouquet’s. La première est montée étanche, la deuxième n’a pas supporté la pluie, ce qui est dommage pour des caméras d’extérieur. Nous nous étions avancés dans l’article précédent en pensant qu’elle avait brulé, elle s’est juste noyée. C’est plus visible sur l’image zoomée qu’en réel. L’auréole noire que nous avions pris pour de la suie, est en fait une flaque d’eau à l’intérieur du dôme. Pour 18 000 euros, ils auraient pu mettre un poisson rouge dans le bocal.

Cette caméra hors service devant le club des amis de Nicolas Sarkozy a été remplacée temporairement par le modèle ci-dessous qu’on appelle des policiers en faction.

Pour conclure, ce n’est plus Bouygues et Vinci qui installeront les autres caméras. Nous ne désespérons pas que ces autres sociétés proposent également des solutions aussi innovantes que le poteau à scotch comme l’indique une de leur publicité ci-dessous.

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Crédits